•  Bienvenue ! J'ai créé ce blog pour faire connaître mes chansons

     (et quelques reprises).

    Elles apparaissent de la plus récente à la plus ancienne.

    << ici, ma dernière création: "L'Histoire Inachevée".                                                 

    Quand je travaille en studio, Mon pari est de tout faire moi-même, des textes à l'arrangement, du jeu des instruments (surtout la guitare) au mixage.

                                       

      

     <<Ci-contre, vous pouvez accéder aux titres de mon CD "Jardin de roses", et en dessous "Astres et désastres". 

    Vous y trouverez aussi des vidéos et photos de concerts.

     

    N'hésitez pas à m'écrire des commentaires, ils me servent à progresser. Bonne écoute!

    2 commentaires
  •  


    Odyssée.L’humanité est à la veille d’un grand voyage : comme l’Ulysse d’Homère, il va lui falloir passer d’un monde à un autre. Ce voyage est d’abord intérieur, certains l’ont déjà commencé. Pendant ce temps, le désert avance.
    Musique électro-acoustique et guitare électrique pour ce sombre propos, qui peine à trouver une conclusion positive…

     

     

     

     "Odyssée", paroles et musique B.Leroux, décembre 2019.

    Télécharger « ODYSSEE.mp3 »

    Muse, raconte-moi l’histoire de ces hommes,

    De ces femmes et enfants qui partirent un jour,

    Chassés par leur orgueil de leur capharnaüm

    D’où ils partirent, nus, sans gloire, et pour toujours.

     

    Nous avions des avions, des voitures, des maisons,

    Et le ciel, dur et noir murait notre horizon,

    Nous ne voulions pas voir, car l’avoir nous dopait,

    Que demain était noir comme un nuage épais.

     

    Nous marchions à tâtons dans un fatras sans nom,

    Tâchant d’acheter l’avenir sans devenir,

    Aveugles ignorant tout du mur dur de béton

    Où nous précipitaient les tourments à venir.


    Nos rois et leurs ministres de mauvais aloi,

    Sinistres, dispensaient promesses et caresses,

    Nommant bonheur et biens ce qui n’était que peste,

    Et nommant ce qui était prédation, exploit.

     

    De luxueuses voitures naviguaient, silencieuses,

    Sur des fleuves de goudron, artères raides et noires

    Qui balafraient le monde, immonde dépotoir

    Où bâfraient de ses restes des mantes religieuses,

     

    Des hérons de métal, dans une danse féconde,

    Pompant ce qui restait de sang noir dans les champs

    De pétrole, où brûlaient, fumant le soir couchant

    Les torchères comme des signaux de fin du monde.

     

    Des chaudrons nucléaires, enceints dans du béton,

    Eclairaient jusqu’aux cieux la mort des électrons.

    Des ogives prêtes à s’élancer vers l’horizon

    Dardaient leurs têtes de cathédrale à fission.

     

    Des scarabées pattus éventraient les labours,

    Peignant le paysage, paysans de métal,

    Labeur lourd de pétrole, semence sans amour,

    Dans un viol sans douleur ni envol coïtal.

     

    De monstrueux cerceaux cernaient les mégapoles,

    Artères parcourues d’autos caractérielles,

    Automatique cours irriguant par kyrielles

    Des banlieues qui surgissaient comme des girolles.

     

     Instrumental

     

    Nous marchons à tâtons pour construire l’avenir,

    Dans ce fatras sans nom, nous voulons devenir,

    Nous n’avons plus que nos mains pour tout reconstruire

    Demain n’est pas écrit, nos enfants veulent vivre.


    2 commentaires

  • * Solastalgie ou éco-anxiété : forme de détresse psychique ou existentielle causée par les changements environnementaux.
     

     

    Solastalgie *Est-il trop tard ? Les mauvaises nouvelles nous assaillent, nous clouent au présent. L’avenir est fait de dérèglements climatiques, de crack boursier, de fin du pétrole, de surpopulation. L’angoisse du manque de futur nous assaille. Est-il encore temps de vivre ?

    Pour évoquer cette solastalgie, j’ai ressorti ma pédale « wah-wah », souvenir d’un passé joyeux et coloré, celui des années 70…

    Guitare : Gibson Melody Maker, basse : Fender jaguar.

     

     "Solastalgie", paroles et musique: B.Leroux, nov 2019.

    (si ce lecteur ne fonctionne pas, cliquer ici: Télécharger « solastalgie.mp3 » )

    1

    Est-il trop tard quand les dés roulent sur la table,

    Est-il trop tard dans cet avenir improbable,

    Est-il trop tard pour se promener dans la ville,

    Est-il trop tard pour faire quelque chose d’utile,

    Il est trop tard pour poser des questions futiles.

    2

    Est-il trop tard pour penser, parler et agir,

    Est-il trop tard pour aimer avant de mourir,

    Est-il trop tard pour avoir des jardins secrets,

    Est-il trop tard pour éviter le coup d’arrêt,

    Il est bien trop tard pour exprimer des regrets.

     3

    Est-il trop tard pour faire quelque chose de nos mains,

    Est-il trop tard, sera-t-il encore temps demain,

    Pour écrire, chanter des chansons, est-il trop tard,

    Est-il trop tard pour le dire avec sa guitare,

     

    Pour continuer comme avant, il est trop tard.


    2 commentaires
  • Faux féminin.

     

    Un homme, à moins que ce soit une femme, entre dans un restaurant pour déjeuner, et non rajeunir. Mais rien n’est simple dans un monde où le faux devient faute, et la bouffe un bouffon…

     

     

     

     

     

     "Faux féminin", paroles et musique Bernard Leroux, novembre 2019.

    Si le lecteur ne fonctionne pas, cliquer sur ce lien: Télécharger « FAUX FEMININ.mp3 »

     J’étais entré chez un cafetier

    Qui travaillait près d’sa cafetière,

    L’cuisiner était au charbon

    Et l’charbon dans la cuisinière.

     

    Il cuisinait avec une poêle

    Et avait du poil plein la fraise,

    Dans l’angle, y’avait d’la crème anglaise

    Et dans l’panier du pain, à peine,

     

    Un bébé et une abbesse,

    Un clébard une célibataire,

    Un maître d’école et sa maîtresse,

    Un crétin et sa secrétaire,

     

    Assis, sans se gêner,

    Dans la salle de restaurant,

    Devisaient, attendant

    Le déjeuner.

     

    Quand le grelot alarma la greluche, femme du tôlier,

    Je commandai une pissaladière dans un saladier.

     

    2

    « Y’a plus tartes, on a cassé l’moule,

    Mais il nous reste d’assez belles moules,

    Et aussi une belle paire de praires

    Elles viennent pas du pré de ma grand-mère,

     

    Je les ai eues chez Monsieur l’maire

    Qui pêche avec une pécheresse,

    A eux deux ça fait une belle paire

    Quand ils sont deux sans la mairesse,

     

    J’ai aussi de beaux poissons,

    J’en ai les mains toutes poisseuses,

    Je les ai pris au marché,

    Chez l’mari de la masseuse.

     

    C’est coûteux, un couteau,

    Mais c’est c’qu’il faut,

    Coûte que coûte, pour ouvrir

    Les maquereaux,

     

    J’en ai un c’est mieux qu’un pétard pour une pétasse,

    Quand il y a un voyeur dans sa voiture qui l’agace.

     

    3

    Un conteur et une comtesse

    Demandèrent une livre de Conté,

    Un artilleur et une artiste

    Un pot au feu et une palette,

     

    Un infirme et une infirmière

    Un jarret à la sauce piquante,

    Un professeur, une prophétesse

    Une bonne chaire au xérès.

     

    « Douc’ment faut pas qu’on abuse,

    Je mélange tout dans la cambuse,

    La table d’hier et l’tablier,

    La salière et le sablier.

     

    - Donnez-moi un rouget

    Et aussi un quart de rouge,

    Un beau congre, un carrelet,

    Avec des courges,

     

    J’ai une faim de loup à manger un bar et ses maquereaux,

    Et le village, sa gendarmerie et ses perdreaux. »

    instrumental

     

    Un printemps, une praline,

    Un capitaine une capeline,

    Un taré, une tarière,

    Un routier une roturière

     

    Ne sont pas des masculins et des féminins corrects,

    Et le facteur fila sans payer la facturette.


    4 commentaires
  • L'HISTOIRE INACHEVEE

     Paroles et musiques: Bernard Leroux.

     

     

     

    Nouvelle expérience: une suite

    de textes mis en musique, qu'on

    pourra appeler au choix: "comédie musicale"(bôf),

    ou "opéra" (trop ambitieux!) 

    L'histoire d'une femme et d'un homme,

    dans une dystopie post-effondrement.

     

     

     

     

    L'HISTOIRE INACHEVEE

     

     

    8 titres, à écouter idéalement en une seule fois,

    mais qui peuvent l'être aussi séparément...

     Temps total: 42 mn 48 s.

     

    En page 2: les mêmes titres en version instrumentale.


    1 commentaire
  •  

     5m 44s

    Si ce lecteur ne fonctionne pas,cliquer sur ce lien: 1 OUVERTURE.mp3

    Septembre 2025, en France. L’été a été catastrophique, une canicule à 40° le jour et 30° la nuit qui a duré deux mois. Il y aeu des milliers de morts, les services de santé déjà bien dégradés n’ont pas pu s’occuper de toutes les victimes.

    Puis une centrale nucléaire a explosé faute d’eau pour la refroidir, rendant la vie impossible dans un rayon de 30Km. Toutes les autres centrales nucléaires ont été arrêtées. Le téléphone, l’internet et l’informatique ne fonctionnent plus. En une semaine, le pays a plongé dans le chaos, et l’état d’urgence a été décrété. L’armée et la police occupent le territoire.


    2 commentaires
  • 2 ORAGE.mp3 »

     37s.


    votre commentaire
  • 3 UN HOMME MARCHE.mp3 

     3m24s

     Au crépuscule d’un jour torride, un jeune homme marche au milieu d’une avenue déserte. Les feuilles des arbres sont déjà mortes, quelques sacs plastiques volent dans les souffles d’air brûlant. Les réverbères ne s’allument pas. Tous ses proches ont disparu, il ne sait pas où aller. Il essaie de sortir de la ville. Il voit un feu, s’assoit avec d’autres réfugiés.


    votre commentaire
  • 4 IL RACONTE.mp3

     3mn 14s

    Il raconte son histoire à une jeune femme : « Il y avait des champs, des oiseaux, des rivières, nous vivions dans des maisons avec de beaux jardins, les magasins vendaient de tout, personne n’avait faim, et personne n’avait trop chaud. Les gens avaient dans leur poche un p’tit ordinateur avec lequel il s’envoyaient des images en couleurs, et puis tout a changé. Il n’y avait plus de pluie, et plus rien dans les supermarchés déserts.

    Alors je suis parti pour aller trouver de quoi manger,

    J’ai traversé des villes abandonnées et sinistres, j’ai vu des pillages, et des combats, des milices…et nous voilà, toi et moi.

     


    votre commentaire
  • 5JE VIENS DE LOIN.mp3

      3mn 25 s

    Il dit qu’il vient de loin, une ville perdue où l’eau a disparu, il a fui la soif et la faim. Elle répond qu’elle vient d’une région du nord, qu’elle a fui la radioactivité.

    Il dit qu’avec elle, il n’a plus peur de rien. Ils tombent amoureux, et partent ensemble.

    Dans ce chaos, le jeune homme se demande quoi faire, mais une voix intérieure lui dit qu’il doit continuer à vivre, et que leur amour est leur seul espoir.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires