• Le Partisan

    Illustration :  Maurizio Quarello.

    « Le Partisan », texte de Emmanuel D’Astier De La Vignerie, musique d’Anna Marly, écrite à Londres en 1943 et diffusée par la BBC, a été reprise en 1969 par Léonard Cohen, puis par nombre d’autres interprètes. 

    Je la repends à mon tour, à la mémoire de Pierre Leroux, résistant.

    En hommage aussi à ceux qui rencontrent actuellement des obstacles dans leur aide aux migrants réfugiés.

    Il s’agit bien d’une chanson écrite en français, traduite ensuite en Anglais (et non l’inverse). Mais j’avais envie, pour une fois, de la chanter en partie en anglais pour lui laisser la dimension internationale que lui a donné Léonard Cohen, accompagné d’une basse, de trois guitares, d’un accordéon et d’un harmonica.

    "Le Partisan", texte de Emmanuel D’Astier De La Vignerie, musique d’Anna Marly.

    Voix, tous instruments: B.Leroux, 30 septembre 2018.

    When they poured across the border

    I was cautioned to surrender,

    This I could not do,

    I took my gun and vanished.

     

    I have changed my name so often,

    I've lost my wife and children

    But I have many friends,

    And some of them are with me.

     

    An old woman gave us shelter,

    Kept us hidden in the garret,

    Then the soldiers came ;

    She died without a whisper.

     

    There were three of us this morning

    I'm the only one this evening

    But I must go on ;

    The frontiers are my prison.

     

    Oh, the wind, the wind is blowing,

    Through the graves the wind is blowing,

    Freedom soon will come ;

    Then we'll come from the shadows.

     

    Les allemands étaient chez moi,

    Ils m'ont dit : "résigne-toi",

    Mais je n'ai pas pu ;

    J'ai repris mon arme.

     

    J'ai changé cent fois de nom,

    J'ai perdu femme et enfants

    Mais j'ai tant d'amis ;

    J'ai la France entière.

     

    Un vieil homme dans un grenier

    Pour la nuit nous a caché,

    Les allemands l'ont pris ;

    Il est mort sans surprise.

     

    Oh, the wind, the wind is blowing,

    Through the graves the wind is blowing,

    Freedom soon will come ;

    Then we'll come from the shadows.

     

    Oh, le vent, le vent souffle,

    Entre les tombes le vent souffle,

    On nous oubliera,

    Nous rentrerons dans l’ombre.

    « Astre et désastre.Jean Luc taburet: Absences. »

  • Commentaires

    1
    alain
    Jeudi 4 Octobre à 17:52

    Merci de redonner vie à une chanson si ancienne et si actuelle...

    2
    Dimanche 7 Octobre à 23:09

    La perte de mémoire est un fléau de notre temps et les machines nous permettant de la stocker ne semblent pas suffire à endiguer le problème... les chansons y parviendont-elles ?   Un bel hommage !

    3
    Dimanche 7 Octobre à 23:29

    Oui, nous crevons de ça: ne pas tirer de leçons du passé...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :