• La p'tite souris.

    La période où, pour un enfant, les croyances sont remplacées progressivement par des savoirs est étrange : la réalité n’est-elle pas aussi bizarre ou folle que les mythes ? qu’est ce qui est le plus raisonnable : Trump ou le père Noël ? Et comment s’y retrouver, puisque les grandes personnes racontent n’importe quoi ?

    La p’tite souris n’existe pas, quoique…

    "La p'tite souris", paroles et musique Bernard Leroux juin 2018.

    1

    La p’tite souris existe pas,

    Parce que même si elle existait,

    J’vois pas bien ce qu’elle en ferait

    De ma dent sur mon oreiller.

     

    Ce qui est bizarre dans tout ça,

    C’est que le lendemain, il y a

    Une pièce de un euro toute neuve,

    Comment ça s’fait, je comprends pas.

     

    ref

    Les grandes personnes racontent n’importe quoi

    Parce qu’elles comprennent rien, alors c’est normal

    Que l’monde soit si moche et que tout aille mal.

     

    2

    Le père Noël existe pas,

    Sauf celui des Nouvelles Galeries,

    D’ailleurs, les rennes, ça vole pas,

    Ni le traineau, c’est des conneries.

     

    Comment tu veux qu’il puisse poser

    Une Playstation, un VTT,

    Dans les chaussures de taille quarante

    En passant par la cheminée.

     

    ref

     

    3

    Mais les cloches, y’en a dans les villes,

    Moi je les ai vues dans le clocher,

    Et comme c’était pas en avril

    Elles sont restées accrochées.

     

    A pâques, c’est sûr, elles pondent des œufs,

    On les trouve en cherchant un peu,

    C’est vrai : j’en ai déjà trouvé

    Alors faut pas m’la raconter.

     

    4

    Trump, Poutine et même Macron,

    C’est comme la souris, l’père noël,

    On les voit aux informations

    Pour faire croire qu’ils sont réels.

     

    S’ils existaient ils empêcheraient

    Qu’il y ait des guerres entre les gens,

    Sinon, à quoi ils serviraient,

    Tous ces bonshommes, ces dirigeants.

     

    ref

     

    5

    Quand les enfants auront grandi,

    Plus de père Noël ni de souris,

    Mais l’président, faudra y croire,

    Quand il raconte des histoires.

     

    Et ça n’empêchera jamais

    Les cloches de pondre des œufs frais,

    Ni les souris de remplacer

    Par des euros les dents de lait.

     

    Les grandes personnes racontent n’importe quoi

    Parce qu’elles comprennent rien, alors c’est normal

    Que l’monde soit si moche et que tout aille mal.

     

    Les enfants se demandent parfois pourquoi

    Les grandes personnes trouvent toujours évident,

    Toutes les histoires que disent les présidents.

    « Restons là. »

  • Commentaires

    1
    Alain
    Mercredi 4 Juillet à 00:44

    Oh, on dirait qu'un petit Pierre Perret se poserait des questions naïves, des questions que les grandes personnes feraient bien de se poser...

    Que les enfants croient des fables, on les comprend : si on leur disait comment le monde est réellement, il n'est pas sûr qu'ils resteraient... en vie.

    Bon, alors les adultes, il faut croire... qu'ils ont envie (besoin ?) de croire, eux aussi.

    Au père Noël ? aux présidents ? à l'amour, au socialisme, aux valeurs etc... Bon, toutes les croyances ne se valent pas, mais...

    Mais n'est-il pas un peu naïf de... croire...  que les dirigeants voudraient empêcher les guerres ?

    Ha, que de bénéfice pour notre industrie de l'armement, que de marchés à remporter, si tout le monde à peur.

    Alors, de temps en temps, si deux frères ennemis veulent en découdre pourquoi ne pas armer l'un, puis aller dans le camps d'en face raconter comment les premiers se sont armés, et que le frère ennemi ferait bien de s'équiper lui-aussi... (Ha, au fait, n'oubliez pas de passer par ma case départ, les premiers comme les derniers, que je touche mes 20000 euros ! Qui d'autre veut jouer ?)

    Et puis de temps en temps, un Théatre d'Opérations Extérieures (mon dieu, comment on a pu mêler le théatre à ça ?) permet de faire la démonstration en vraie grandeur de la puissance destructive que donnent ces armes.

    Donc, les guerres, c'est pas demain qu'elles s'arrêteront : tant qu'il y aura de la haine, et des vendeurs d'armes pour attiser les peurs, on fera bien de croire aux fables... 

    La réalité peut-elle être plus cynique ?

    Bon, maintenant, c'est-y une chanson pour les enfants ou pour les grands ?

    Ben pour les zenfants oui ; mais pas trop, y'a des gros mots... Et des idées bizarres qu'on comprendra pas avant de devenir, justement, adulte.

    Mais de décoder ce monde cruel et ironique est pourtant une chance, désespérante, mais une chance, et que tu amène sur une petite musique bien légère et bien léchée.

    Vieil ours, va !

     

     

      • Mercredi 4 Juillet à 19:29

        C'est vrai: Perret est un de mes maîtres...

        Et le monde un grand terrain de jeux. Pan! T'es mort.

    2
    Vendredi 6 Juillet à 10:20

    Pour la petite souris, j'avais des doutes vu qu'un chat dormait sur mon lit... quant au père Noël, il était vraiment trop nul !.. ben oui, il apportait les plus beaux jouets à ceux qui, déjà tout au long de l'année, avaient un vélo, un ballon de foot, des habits souvent neufs et des bonbons plein les poches... Une grande partie des histoires pour adultes s'appelle communication ... et la musique est loin de la tienne niveau qualité puisque, trop souvent, ce n'est que du pipeau... 

      • Jeudi 12 Juillet à 22:02

        Avoir un chat sur son lit...est une richesse! Et puis, est ce qu'un ballon de foot permet de comprendre le monde?

        Moi, le père Noël m'a apporté des leçons de musique, bien difficiles à supporter. Mais quelle richesse...aujourd'hui.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :