• La chanson de Maxence.Dans « Les Demoiselles de Rochefort », le jeune et beau Maxence, incarné par Jacques Perrin, préfiguration du prince charmant de « peau d’âne », est un marin de Rochefort. Il explique à Yvonne, la mère des jumelles, qu’il cherche le grand amour.
    Ceux qui connaissent le film savent s’il va le trouver…

     

    Mon orchestration n’a pas l’envergure de celle de Michel Legrand : un piano, une basse, des cordes et des chœurs. Et une batterie dans la partie « jazzy ».

     

     "la chanson de Maxence", J.Demy et M.Legrand, interprétation et orchestration B.Leroux, mai 2019.

     


    5 commentaires

  • La chanson de Simon Dame.Dans « Les demoiselle de Rochefort, » de Jacques Demy, musique de Michel Legrand, Simon Dame, incarné par Michel Piccoli, est revenu à Rochefort pour retrouver un amour déçu.

     

    Dans son magasin de musique, il raconte…
    Reprise d’un des titres de la célèbre comédie musicale, avec basse, batterie, piano, guitares et cordes.

     

     "La chanson de Simon", paroles et musique Michel Legrand, mixage, instruments et voix: B.Leroux, mai 2019. 

    Ma fiancée trouvait mon nom très ridicule
    Il la choquait, je crois, alors, sans préambule
    Un soir, elle est partie, sans un mot, sans adieu
    Mes yeux depuis dix ans n’ont plus croisé ses yeux

    Elle m’avait appris dans le plus doux moment
    Qu’elle attendait de moi l’heureux événement
    Qui enorgueillit l’homme et anoblit la femme
    Mais elle refusait le nom de Madame Dame

     

    Pourtant je lui plaisais, je l’appelais ma muse
    Mais je ne savais pas, le poète s’amuse
    Qu’un nom comme le mien pût l’agacer autant
    Je ne l’ai pas compris, hélas, au bon moment

    J’étais un beau jeune homme, elle une demoiselle
    Qui sans le faire exprès avait eu des jumelles
    Que je n’ai jamais vues, elles vivaient en pension
    Et ne rentraient jamais le soir à la maison

    Instrumental.

    Quelques années plus tard, par un ami commun
    J’ai su qu’un étranger sollicitait sa main
    Ils partirent tous deux quelque part au Mexique
    Pour vivre leur amour au bord du Pacifique

    A présent je suis seul comme un amant déçu
    J’ai voulu voir la ville où je l’avais connue
    Je m’y suis installé, et depuis j’y demeure
    Avec mes souvenirs, je joue à cache-coeur


    2 commentaires
  • Les couloirs.Quelle que soit notre vie, nous en passons une partie dans des couloirs. Ceux du quotidien, mais ceux aussi du temps qui nous mènent d’un âge à l’autre :

    la vie est comme un couloir qui mène à d’autres couloirs.


    Un des rythmes du blues, le « shuffle », pour cette chanson, avec « steel guitar », guitares électriques rythmiques, basse, batterie, piano électrique et orgue Hammond.

     

     

     "Les couloirs", paroles et musique B.Leroux, mai 2019.

    1

    Un jour tu t’es coulé dans ton premier couloir, vers la lumière,

    Y’avait pas l’choix fallait avancer, pas moyen d’faire marche arrière,

    Jusqu’à présent t’avais été bien au chaud et tout était normal,

    Et tout a coup on t’a emmené dans un couloir d’hôpital,

     

    ref

    Allez va, c’est par là, Allez va, tu sais pas

    Allez va, où ça va…Tant pis pour toi,

     

    2

    Après t’en a passé du temps à courir dans l’ couloir de l’école,

    Des heures assis dans des locaux qui sentaient l’eau d’javel et la colle,

    Des couloirs pour les cours, des couloirs vers les cours en courant toujours,

    Les couloirs des années qui menaient tu savais pas quand à l’amour.

     

    Allez va, c’est par là, Allez va, tu sais pas

    Allez va, où ça va…Tant pis pour toi,

    … Ou tant mieux pour toi.

     

    3

    Les couloirs de la fac, les couloirs du métro et du RER,

    Les couloirs des bureaux, des impôts, des supermarchés linéaires,

    Les couloirs des bus et des centres commerciaux tentaculaires,

    Les couloirs qui te dirigent là où ils veulent sans en avoir l’air.

     

     ref

     

    4

    La vie c’est une sorte de couloir qui mène à d’autres couloirs,

    De la vie à l’amour à la mort et de la lumière au noir,

    Entre les deux il reste un peu de temps pour vouloir croire à l’espoir,

    Ou peu importe à quoi l’important c’est d’avoir cru en son histoire.

     

     

    Tant pis pour toi, Ou tant mieux pour toi, Ou tant pis pour moi, Ou tant mieux pour moi.


    3 commentaires
  • Ados à dos.

     

     

    Un jeune homme ose aborder une jeune fille d’un milieu social plus élevé que lui, mais la réponse est un truc de ouf…
    Paroles adolescentes pour cette ritournelle « country », avec basse, batterie, banjo, piano, guitares « slide »,  violons et solo de guitare folk.

     

     "Ados à dos", paroles et musique B.Leroux, avril 2019.

     

    1

    Moi je venais d’un collège

    Où on disait : « toi, c’est qui ? »

    Elle, elle était au lycée

    Genre quartier bien policé,

    Elle portait un Jodhpur beige,

    Et moi des vieux après-ski,

    Elle était belle et stylée,

    Elle avait toutes les applis.

     

    Elle me paraissait bien trop

    Classe pour que je l’entreprenne,

    J’étais un antihéros

    Et elle, c’était une reine,

    Je rêvais que j’prenais pas

    Sa main au cours d’EPS

    Parce qu’une meuf, ça se fait trop pas,

    Même quand c’est une déesse.

     

    2

    Moi, j’avais des potes à mob

    Dans ma banlieue de bouffons,

    Elle avait une garde-robe

    Pleine de Diors et de Vuittons,

    Elle suivait des cours de danse,

    De violon, d’équitation,

    Moi je jouais au basket dans

    La cour de récréation.

     

    Un jour, je m’suis décidé

    A lui parler après la

    Sortie des cours, et j’étais

    Cette fois, résolu, ou pas,

    A lui dire que je l’aimais,

    J’étais ouf comme un malade,

    Mais c’est elle qui a parlé

    Elle dit : « arrête tes salades,

     

    3

    En fait, si tu veux sortir

    avec moi, fais-donc péter,

    Vas-y, dis-le parce que moi

    J’te kiffe grave, et tu déchires,

    Ma pote sera dégoûtée

    Que j’me fasse un plan comme toi,

    Ma mère sera comme une malade

    Elle croira qu’ c’est des salades. »

     

    Ca, c’était un truc de ouf,

    J’ai même pas dit : « arrête-toi »,

    J’me suis tu, comme un pignouf,

    Rentré à Aulnay-Sous-Bois,

    Depuis, j’y pense toujours

    J’me dis qu’j’ai peut être raté

    Ma plus belle histoire d’amour

     

    Mais à la base …  j’le crois pas.

     


    2 commentaires

  • Quelqu'un 2Ecrite et enregistrée il y a dix ans, cette chanson, qui parle de quelqu’un qui m’est cher, m’a paru valoir la peine d’être réenregistrée avec mes moyens actuels.

     

    Mixage minimal et intimiste, avec une Gibson électrique « tremolo », une basse « fretless », une "steel-guitar", et à la fin des synthés cordes et voix.

     

     "Quelqu'un 2, paroles et musique B.Leroux, 2009 - 1019.

    Enveloppée dans ta toge,

    Dans ton fourreau de soie,

    Souvent, tu te dérobes,

    Mais chez toi, c’est chez moi,

    Et tes regards si bleus

    Avides de caresses

    Me reprochent de t’a-

    Voir trouvée, ma tigresse.

     

    Quand je te regardais

    Aller dans le jardin,

    Explorant les allées

    D’un pas souple et félin,

    Et que tu allais, belle

    Comme une statue antique,

    Ou immobile telle

    Un marbre sous un portique,

     

    Je voulais te surprendre

    Mais toi, tu m’avais vu,

    Le temps que je descende

    Tu avais disparu,

    Cruelle et débonnaire

    Caressante et joueuse,

    Précieuse et solitaire,

    Gourmande et amoureuse.

     

    Et puis on s’est parlé,

    A vrai dire, surtout moi,

    Et toi tu m’écoutais

    Raconter mes émois,

    Et ton velours repu

    De tant de confidences

    Frissonnait sous ma main

    Pour me dire ta présence.

     

    Tu es fidélité

    Tu es aussi absence,

    Et quand tu disparais

    Je n’ai plus de patience,

    J’ai peur que tu reviennes

    Un peu égratignée

    Par les amours malsaines

    D’un voyou du quartier.

     

    Car tes jeux sont cruels,

    Tu vis surtout la nuit,

    C’est parce que tu es belle

    Que j’entends, de mon lit

    Les râles des noctambules

    Qui se roulent à tes pieds,

    Qui supplient, et appellent

    Et que tu éconduis.

     

    Et aux matins d’été,

    Innocente, tu reviens,

    La robe immaculée

    Comme une vierge sainte,

    Et de tes grands yeux clairs

    Comme les écharpes Bleues

    Des enfants de Marie

    Tu me fais tes aveux.

     

    Ta chaleur me rassure

    Et je suis ton abri,

    Et ta voix me murmure

    Que je suis ton ami,

    Tu ne sauras jamais

    Que je parle de toi,

    Et même si tu es près

    Tu ne me comprends pas.

     

    Douce mais barbelée,

    Tu mords et tu ronronne,

    Et tes griffes rentrées

    En rond, tu t’abandonnes,

    Et tu te moque bien

    Dans tes rêves de félins

    Qu’on t’écrive une chanson,

    Qu’on te prenne pour quelqu’un,

     

    Qu’on te prenne pour quelqu’un.


    4 commentaires

  • Un fils répond à une lettre. On devinera la teneur de celle-ci à cette réponse.

     

    En prise avec une actualité tragique, Cette chanson essaie de donner voix à ceux qui se sont tus pendant des générations et osent aujourd’hui parler.

    Orchestration minimale au début : piano, basse et violoncelle. Les cordes, à la fin, sont des sons échantillonnés.

     

     "Mon père", paroles et musique B.Leroux, avril 2019.

    1

    Père, je réponds à votre lettre

    En souvenir des jours infâmes

    Quand, lorsque vous étiez mon maître,

    Vous vous occupiez de mon âme.

     

    Vous me demandez mon pardon,

    Ce que vous associez, sans rire,

    A la notion de repentir,

    Et au culte de Cupidon.


    Coupable, je ne le suis pas,

    Pourtant, je l’ai été, mon père,

    Coupable de n’être qu’un paria

    Au pays des enfants, mes pairs.

     

    2

    Coupable de ne rien comprendre,

    Coupable de me sentir souillé,

    De ne pas pouvoir en parler,

    Un monde de douleur et de cendres.

     

    Car vous m’avez sali, mon père,

    Sali aux yeux des saints de plâtre,

    Aux yeux des bigotes idolâtres

    Et jusqu’aux yeux de Dieu le père.

     

    Et c’est pourquoi l’absolution

    Que maintenant vous quémandez

    Devient une condamnation,

    Je ne vous pardonnerai jamais.

     

    3

    Je ne vous pardonne pas, mon père,

    Et votre dieu, votre compère

    Qui est partout, mais n’a rien vu,

    A cause de vous, je n’y crois plus.

     

    J’espère que vous, vous y croyez

    Et que vous croyez à l’enfer,

    Et je vous souhaite d’y brûler

    Puisque rien ne peut se défaire.

     

    Je vous souhaite cette éternité,

    A vous, et aussi à vos frères,

    A tous ceux qui ont profité

    De l’enfance et du laisser-faire.

     

    4

    Quand vous aurez enfin compris

    Que la loi des prédicateurs

    Ou bien celle du Saint-Esprit

    N’est pas celle des procureurs,

     

    Le châtiment sera léger

    Près de ce que, moi, j’ai brûlé,

    Et vous aurez quelques années

    A l’abri d’un pénitencier

     

    Pour prier Dieu défiguré

    Qu’il vous pardonne, parce que moi,

    Je vous dis juste adieu, curé.

    Heureusement, vous n’êtes pas

     

    mon père. 


    2 commentaires

  • COMMENT CA FAIT?Comment ça fait quand on naît, quand on grandit, quand on est adulte, quand on va mourir ? Nous avons souvent la tentation de demander la réponse à une instance supérieure, père réel, père éternel, ou autre modèle.

    Mais, que vienne ou pas la réponse, la vie va et nous apporte, à postériori, des réponses…

    La musique est un remix de l’instrumental précédent, que j’ai appelé « Euphonium », avec guitares électriques, synthés, chœurs et surtout basses et percussions.

     

     "Comment ça fait?" Paroles et musique B.Leroux, mars 2019.

    1

    Papa, comment ça fait quand on,

    Papa, comment ça fait quand on,

    Papa, comment ça fait quand on naît ?

     

    Ovule et

    vibrillon,

    la bulle et

    l’trait d’union,

    nodule et

    l’embryon,

    particule

    oisillon.

     

    Nouveau né,

    le bébé

    hébété,

    Dépité

    de béer

    et crier,

    quémander

    la becquée.

     

    2

    Papa, comment ça fait quand on,

    Papa, comment ça fait quand on,

    Papa, comment ça fait quand on vit ?

     

    Sac de billes

    et famille,

    garçon-fille

    caracolent

    dans l’école,

    ça rigole

    la maîtresse

    est en stress.

     

    Les jouets et

    les ballons,

    vélo et

    cendrillon,

    Disney,

    télévision,

    sac à dos

    Nintendo.

     

    3

    Papa,

    comment ça fait quand on part,

    Comment ça fait quand on part,

    Comment ça fait quand on part ?

     

    C’est le bac

    et la fac,

    les copains,

    le chagrin,

    la copine

    qui s’débine,

    le copain

    qu’est très loin.

     

    Les exams,

    le vacarme,

    les soirées

    arrosées,

    les ébats

    les débats,

    discuter,

    militer.

     

    4

    Papa, comment ça fait quand on part pas,

    Comment ça fait quand on part pas,

    Comment ça fait quand on part pas ?

     

    Mariage,

    maquillage,

    le boulot,

    le métro,

    assurances,

    convenances,

    compte en banque

    et pétanque.

     

    Amis et

    beaux-parents,

    parenta-

    lité sans

    vraiment a-

    voir le temps,

    postes et dé-

    ménagements.

     

    5

    Papa,

    comment ça fait quand on part,

    comment ça fait quand on part,

    comment ça fait quand on part ?

     

    Retraite et

    P’tits enfants,

    voyages et

    éléphants,

    Pyramides,

    sulfamides,

    courbatures

    et lectures.

     

    Dentier, mon

    te-escalier,

    forfait ho-

    spitalier,

    fin du monde

    planifié,

    attente et

     

    terminé.


    4 commentaires

  • Quand un guitariste, un bassiste et un percussionniste se rencontrent, qu’est-ce qu’ils se racontent ?

    Ca donne, une fois n’est pas coutume, un instrumental.

    Comme un pote claviériste arrive en cours de route, il y a aussi quelques nappes de synthés, et ma voix échantillonnée.

     

    Magie des logiciels musicaux, tous ces gens là c’est moi. « Je suis une bande de jeunes à moi tout seul », comme disait Renaud…

     

    "Euphonium", B.Leroux, mars 2019.


    4 commentaires
  • L'homme au trou.

     

    Cette chanson est une adaptation d’une nouvelle écrite en 2000, et que vous trouverez à la suite.
    Je ne sais pas si nous avons tous un trou, mais c’est souvent ce qui fait que nous trouvons l’âme sœur, les pleins de l’un venant compenser les failles de l’autre, et vice-versa…

     

    Musique d’inspiration « renaissance » pour cette comptine, avec : nyckel harpa https://fr.wikipedia.org/wiki/Nyckelharpa , violons, violoncelle, guitare classique, clavecin et basse.

    Seul le clavecin est synthétique, les autres instruments sont réels. (même le nyckel harpa!)

     "L'Homme au trou", chanson, paroles et musique B.Leroux, mars 2018.

     

    1

    Il y avait un homme qui avait un trou,

    Ca ne lui faisait pas mal,

    Mais c’était pas très normal,

    Convenons-en entre nous,

    Le trou se trouvait à la place de son foie,

    On pouvait voir à travers,

    Il avait juste un peu froid

    A cause des courants d’air.

     

    ref :

    C’était une fable,

    C’est une histoire de fous,

    Elle est incroyable

    L’histoire de l’homme au trou.

     

    2

    Il y avait un homme qui avait un trou,

    Il le sentait sans arrêt

    Comme un grand vide, un danger,

    Et ça, ça le rendait fou.

    L’homme au trou a été voir des spécialistes,

    Des docteurs, des chirurgiens,

    Et même un psychanalyste,

    Mais aucun n’y pouvait rien,

     

    ref.

    3

    Un jour une femme, une jeune délurée

    Lui demanda de l’aider

    A changer un pneu crevé :

    Lui aussi était troué.

    Puis elle invita, en guise de remerciement,

    L’homme troué convoité

    A venir prendre le thé

    Dans son bel appartement.

     

    ref.

     

    4

    La suite serait difficile à raconter :

    Cupidon, ce dieu ailé

    Décocha un de ses traits

    Dans le dos du perforé,

    Mais la flèche ne fit que passer à travers

    Le trou et se ficha dans

    Le cœur de sa partenaire

    C’est un charmant accident.

     

    ref

     

    5

    A partir de là, elle l’aima avec son trou,

    Considérant qu’après tout

    Elle aussi en avait un

    Et que c’était très commun.

    Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants,

    Et cet aimable accident

    Firent d’eux de bons parents

    D’enfants, troués cependant.

     

     

    ref.

     


    4 commentaires
  •  

    Il y avait un homme qui avait un trou. 

    Ca ne lui faisait pas mal, juste peut-être un peu froid quand passait un courant d’air, mais il suffisait qu’il fût habillé pour ne pas les sentir.

    Le trou était au milieu de son ventre, là où se situe normalement le foie. En se plaçant selon une perspective précise, on pouvait voir le jour à travers, car le trou était grand : on était immédiatement étonné qu’un trou aussi important puisse se trouver au milieu d’un tel homme. On aurait pu y passer le bras. Un enfant de douze ans aurait pu sauter à travers s’il n’avait craint de passer pour un animal de cirque.

    Cet homme ne vivait pas, on s’en doute, comme les autres hommes. Il lui fallait, à chaque instant de sa vie, emmener son trou partout où il allait. Quand il fréquentait des personnes qui ignoraient cette particularité de son anatomie, il faisait semblant de rien, ce qui n’est pas chose facile quand on a un trou de cette taille. Quand, au contraire, il était avec ses proches, il essayait de ne pas les ennuyer avec les problèmes divers qu’entraînait cette infirmité : il aurait eu peur de les lasser. Ces problèmes n’étaient pas digestifs, ni fonctionnels : il ignorait comment sa colonne vertébrale est ses viscères se débrouillaient, mais tout cela fonctionnait parfaitement. Tout au plus ressentait-il, à partir de vingt-trois heures, une légère lassitude, mais vous conviendrez que cela est un phénomène assez répandu.

    Non : tout le mal venait de ce qu’il sentait le trou. Non pas douloureusement, comme d’une blessure, mais il le sentait, jusque dans son âme, et à chaque instant. « Bah !, me direz vous, il n’avait qu’à faire comme s’il n’existait pas, et tout sera dit ! » (A propos, avez-vous remarqué qu’on ne dit jamais « bah ! » dans la vraie vie ?) Mais là, justement, résidait la douleur de notre homme : il n’y parvenait pas. Il pensait à son trou, tout le temps, du réveil au coucher, et la nuit il en rêvait.

    Cet état l’amenait souvent à une grande mélancolie. Il essayait alors de se distraire, en allant au cinéma, par exemple, ou en se promenant en forêt. Mais quoi qu’il fît, le trou était toujours là, il le suivait en quelque sorte, comme vous précède votre nez et vous succède votre derrière.

    Il lui arriva de consulter des spécialistes. Ils avaient d’abord cette attitude très détachée du psychiatre qui écoute les folies d’un patient, mais quand ils l’examinaient, ils étaient bien obligés de constater la réalité de ce qu’il décrivait. Ils avaient alors des réponses diverses. Les plus anciens, ceux qui en ont vu d’autres et à qui on ne la fait pas, lui tapotaient gentiment l’épaule avec des paroles rassurantes : « Allons, mon vieux, vous vous portez comme un charme. N’y pensez plus, et voilà tout… » D’autres, impressionnés par une monstruosité qu’ils n’avaient jamais vue décrite dans aucun manuel de médecine, le renvoyaient à un autre spécialiste. Ainsi, de médecin en médecin, il finit par arriver dans le cabinet d’un chirurgien esthétique qui lui proposa de greffer un lambeau de peau de fesse sur son ventre pour masquer le trou. Mais il savait que, même invisible, le trou serait toujours là et que cela ne servirait à rien. Il arrêta donc de fréquenter les cabinets médicaux.

    Quelqu’un lui conseilla la psychanalyse : on n’a jamais rien inventé de mieux pour en finir avec ses conflits internes, lui dit-on. Et interne, ça l’était, puisque c’était au milieu de son ventre. Il alla donc, pendant plusieurs années, parler de son trou deux fois par semaine en s’allongeant devant un monsieur qui ne disait pas grand chose. Cela lui coûta fort cher et ne changea rien ni à son trou, ni à sa peur du trou. Un jour, il osa en faire part au digne disciple de Freud qui lui répondit : « l’essentiel n’est pas la guérison, mais de mener à son terme votre psychanalyse ». Peu après, il estima que c’était chose faite, et il repartit avec un trou supplémentaire : celui de son budget.

    Il ne déplaisait pas aux femmes, étant par ailleurs d’un physique agréable. Mais il était incapable de se montrer nu devant elles, et vous comprendrez à quel point cela constituait un handicap dans sa vie sentimentale. Il avait beau user d’artifices et de ruses diverses, les femmes d’aujourd’hui ne peuvent se contenter très longtemps de longues promenades ou de billets doux : fatalement, et peu de temps après le premier baiser, elles en demandaient plus. Il essaya de s’en sortir par divers artifices. A l’une, il déclara qu’il avait sur la poitrine une si vilaine cicatrice qu’il préférait ne pas lui montrer. Hélas, lors de leurs ébats amoureux, le maillot qu’il avait eu soin de garder se releva assez pour que la jeune fille vît le plafond à travers son amant. Elle éclata alors d’un rire dément qui fit instantanément disparaître de son corps ce qui en lui était saillant, et la jeune femme ne put éteindre son fou rire qu’après que la lumière le fût. A l’autre, il déclara franchement qu’il avait un trou au milieu du corps. La femme, plus mûre, l’écouta avec compassion, l’assura que cela ne la gênait pas, que chacun porte sa croix en ce monde et que les hommes parfaits n’existent pas. Rassuré, il laissa advenir ce qui devait advenir, et décida de ne rien cacher. Après tout, une femme qui l’aimait devait l’aimer avec son trou, sinon elle n’avait rien à faire dans sa vie. Cette belle résolution prise, il se montra à elle franchement, dans le plus simple appareil. La réaction fut immédiate : la femme écarquilla les yeux, éclata en sanglots et partit au plus vite en s’excusant entre deux reniflements. Ce jour là, l’homme au trou crut que sa vie sexuelle était terminée à tout jamais. Il se trompait : à quelque temps de là, une jolie collègue de travail, au bureau ou il oeuvrait comme perforateur de cartes, lui fit des avances non dissimulées. Il commença par faire celui qui les ignorait, si grande était sa peur de montrer à qui que ce fût son manque d'estomac. Et pourtant il la désirait, si fort qu'en ses fantasmes les plus fous, il rêvait de son corps, se représentant sa peau nacrée, ses volumes divins, et, au plus intimes de ses rêves, un certain trou qu'elle avait, elle aussi, particularité qu'elle partageait, par contre, avec ses consœurs. « Et voilà, se disait-il, il suffit de ne pas être comme les autres, et c'est la catastrophe. Si tous les hommes avaient, comme moi, un trou au milieu du corps, ça ne me poserait aucun problème. Ce serait peut être même, pour les femmes, un atout de séduction supplémentaire. » Mais voilà, ce n'était pas le cas.

    Alors il rentrait chez lui, chaque soir, en rêvant à sa belle collègue à la poitrine si saillante, et pleurait dans son lit en maudissant le trou, allant dans son désespoir jusqu’à y fourrer son oreiller pour se sentir plein. En vain.

    Cette dame n'étant pas bête, elle comprit qu'il avait du désir pour elle, et que quelque chose l'empêchait de se déclarer. Elle voulut savoir. Elle se fit plus explicite, et lui plus intimidé. Que faire ? Se disait-elle, craignant de passer pour une dévergondée si elle passait la première à l'offensive.  Elle décida de lui tendre une embuscade.

    A la sortie du travail, un soir, elle le pria de l'aider à changer une roue de sa voiture, qu'elle avait eu soin de dégonfler préalablement. Quel mâle serait assez mufle pour refuser un tel service ? En réalité, l'accès des femmes à la conduite des automobiles a certainement fait plus pour les aider à s'exprimer qu'on pourrait le supposer à première vue. L’homme au trou, ravi, s’exécuta : rien de mieux qu'un tel exercice pour montrer des muscles saillants en pleine action, son savoir-faire en matière d'érection de cric et la force physique dont peut faire preuve un homme troué aussi bien qu'un autre. L'opération fut menée à bien en quelques minutes. Il ne restait plus qu'à l'inviter à se laver les mains chez elle, et le tour était joué. « Bah ! (encore!), se dit-il, qu'est ce que je risque? Je n'ai pas de trous aux mains.»

    Une fois chez elle, mains lavée, thé bu et banalités d'usages dites, elle lui suggéra que s'il allait un peu plus loin que l’exige la collégialité, eh bien elle ne lui en voudrait peut être pas. Il la prit dans ses bras et ce fut un long, enivrant, fougueux baiser, dont il crut qu'il ne finirait jamais, c'est ce qu'il espérait, du moins. Quand ils détachèrent leurs bouches l'une de l'autre, elle se pelotonna contre lui en murmurant :

    « prends-moi dans tes bras et serre moi fort... »

    A ce moment, Cupidon, lui décocha une flèche qui l'atteignit dans le dos. Tout autre se serait écroulé, victime de la catastrophe qui consiste à aimer sans retour. Mais la flèche, passant au beau milieu de son corps, alla se ficher dans le cœur de la belle, qui sut alors qu'elle l'aimerait toujours, et que même ses béances lui seraient désirables.

    Ils se marièrent, furent heureux et eurent beaucoup d'enfants troués.

    Bah…

     

    Bernard Leroux, juin 2000.


    votre commentaire