• Mon nouveau titre raconte l’histoire de l’humanité en quatre minutes…Evidemment, c’est un résumé, mais bon, je ne suis pas Wagner.

    Pour cette épopée, j’ai « évolué » d’une orchestration épurée, Fender Rhodes, piano, batterie et basse "Squier Jaguar" , vers une autre plus « cinématographique » avec cordes, cors d’harmonie, guitare et chœurs…

     

     

    "Histoire", paroles et musique B.Leroux.

    1

    Je suis né dans l’océan vide,

    Quand le déluge a laissé place au limon,

    Vécu dans des déserts arides,

    Dans des forêts noires peuplées de démons,

     

    Et j’ai fui la famine,

    J’ai mangé des racines,

    Buvant l’eau de la pluie et des marais,

    J’ai franchi des abîmes,

    Escaladé des cimes,

    Et navigué sur des immensités.

     

    2

    Je me suis redressé sans hâte

    Pour parcourir le monde avec mes enfants,

    J’ai cru que la terre était plate

    Et j’ai suivi les fleuves et les courants ;

     

    J’ai fui tous les orages,

    J’ai fui tous les mirages,

    Laissant devant moi l’avenir béant,

    J’ai craché mon angoisse,

    Et j’ai suivi des traces,

    Chasseur ou proie, du couchant au levant.

     

    3

    Et j’ai demandé aux oracles

    De me donner le but de mon existence,

    Et j’ai quémandé des miracles,

    Croyant tout obtenir de ta providence,

     

    Et je t’ai supplié,

    J’ai chanté et dansé,

    Autour des grands feux pour toi allumés,

    J’ai prié dans le noir,

    J’ai écrit ton histoire,

    Et l’histoire de ceux qui m’ont précédé.

     

    4

    Et j’ai bâti des cathédrales,

    Des temples et des pyramides immobiles,

    Mes villes étaient d’eau et de sable,

    Et mes troupeaux paissaient les rives du Nil,

     

    Et j’ai couvert la terre

    D’armées, de cimetières,

    J’ai semé la mort, la faim et la guerre,

    Et j’ai lancé vers le ciel

    Des tours et des gratte-ciels

    Jusqu’à oublier le sel de la terre.

     

    Instrumental

     

    5

    Et des milliards de mes semblables

    Ont engendré des villes majestueuses,

    J’ai bâti leurs murs sur du sable

    Sous des prétextes et des lois vertueuses,

     

    J’ai bâti des fortunes,

    J’ai marché sur la lune,

    J’ai tué tout ce qui m’en empêchait,

    Et maintenant j’ai peur,

    Je vois venir l’horreur

    D’un avenir où je ne peux aller.


    5 commentaires
  • Dans la chanson « Seul ou libre », je parlais de Lucky Lucke, le cow-boy solitaire, qui a suscité chez un ami une analyse des personnages de BD les plus connus (voir les commentaires de « Seul ou libre »). De cette idée, j’ai fait cette chanson, avec du banjo et de l’harmonica comme il se doit, mais aussi avec des guitares électriques, une basse, de la caisse claire aux balais et de la batterie... *sigh*

     

    (à suivre).

     

    (à suivre), paroles et musique Bernard Leroux, mai 2017.

    1

    Je voudrais être Lucky Luke,

    Fier sur son cheval comme un duc,

    Il est seul devant les méchants

    Sur son étalon chevauchant,

     

    Il tire plus vite que son ombre,

    Il n’a rien et rien ne l’encombre,

    Ca n’est qu’un pauv’ cow-boy, un homme

    Qui has a long way from his home,

     

    Mais comme tout un chacun je suis

    Trop sédentaire pour être comme lui,

    Et quand je monte sur un cheval,

    Avec mon lumbago, j’ai mal.

    (à suivre)

     

    2

    J’aimerais bien être Tintin

    Chez les chinois, les tibétains,

    Toujours parti pour l’aventure,

    Incarnation de la droiture,

     

    Tintin n’a pas de libido,

    N’est ni homo ni hétéro,

    Il a juste un pote alcoolique

    Et se fiche de la politique,

     

    Mais je ne suis pas insensible

    Au charme des batt’ments de cils,

    Et les voyages, j’aime pas trop ça,

    Je préfère rester chez moi.

    (à suivre)

     

    3

    J’aimerais bien être Astérix

    Et casser du romain sans risque,

    Sauf que les miens lèv’raient le bras

    En arborant le svastika,

     

    Un p’tit coup de potion magique

    Et aux fachos, je f’rais la nique,

    Et reviendrais dans mon village

    Manger des sangliers sauvages,

     

    Mais je ne suis pas très gaulois,

    Mon village ne résiste pas,

    Dans ma rue et aux élections,

    Il y a trente pour cent de cons.

    (à suivre)

     

    4

    J’aimerais bien être Gaston Lagaffe

    Qui échappe toujours au taf,

    Et s’amuse bien au bureau,

    Bricolant des trucs rigolos,

     

    Gaston n’a aucune ambition,

    Il se fout des aliénations,

    Celles du travail, de la maison,

    Des convenances, de la raison,

     

    Mais je n’oserais pas comme lui

    Sans cesse m’attirer des ennuis,

    Et je tiens trop à mon boulot

    Pour y faire des trucs rigolos.

    (à suivre)

     

    5

    J’aimerais bien être Snoopy

    En trois cases je suis ici

    Sur ma niche à philosopher,

    Ca coûte moins cher qu’au café,

     

    Snoopy ne parle presque pas,

    Pour lui le temps ne compte pas,

    Mais quand il pense, ça déménage,

    C’est le roi du cabotinage,

     

    Mais je n’suis pas un chien, hélas,

    Quand je me regarde dans la glace

    Je ne vois qu’un homme aux abois,

    Qui croit et qui doute à la fois

    *sigh*

     

    6

    Je voudrais bien être Mickey,

    Pour être maousse, et friqué,

    Posséder des parcs d’attraction

    Pour les dollars et les actions,

     

    Donner un coup de main aux flics

    Avec mes oreilles elliptiques

    Pour arrêter les Rapetout

    Qui en veulent au fric de Picsou,

     

    Mais je n’suis pas capitaliste,

    Souris au pays de Disney,

    Et quant à aider la police,

    Je l’aurais plutôt dans le nez.

    (à suivre)

     

    7

    Je schtroumferais bien être un schtroumf,

    Un p’tit bonhomme bleu et tout schtroumf,

    Pour faire des schtroumf à Gargamel

    Et aussi schtroumfer la schtroumfette,

     

    Les schtroumfs sont de très petits schtroumfs

    Qui schtroumfent la salsepareille

    Aucun n’est tout à fait pareil

    Mais ils sont tous de très bons schtroumfs,

     

    Mais quand je suis bleu c’est qu’j’ai froid,

    Et je ne suis pas si p’tit qu’ça,

    Quant à porter l’bonnet phrygien

    Surtout en blanc, ça fait crétin.

    (à suivre)

     

    Instrumental

     

    Mais je ne suis pas un héros

    Ni un personnage de bédé,

    Si les cases défilent un peu trop

    Je suis très vite débordé.

     

    FIN.


    4 commentaires
  • Vous l’avez peut-être rencontrée : « La Belle » est un classique. Elle sévit partout où il y a des messieurs fortunés.
    Il fallait un écrin pour une telle beauté : arrangement d’inspiration « classique », donc, avec des instruments échantillonnés uniquement : piano, clavecin, violons, alto, contrebasse, et flûte traversière.

    « En avant la musique et par ici les gros sous », comme disait Boris Vian…

     

    "La belle", paroles et musique: Bernard leroux, avril 2017.

    1

    Elle se maquille devant la glace,

    Pour le rouge à lèvres, elle embrasse

    Une caméra imaginaire,

    Ca, elle sait le faire.

    Elle choisit, sûre d’elle,

    Des affaires pour être belle,

    Dans sa penderie, tout est beau

    C’est un poisson dans l’eau.

     

    Les chaussures aiguilles à talons,

    Le petit sac de chez Vuitton,

    Les bijoux à sensations

    Pour séduire tout est bon.

     

    2

    Elle sort dans la rue, il fait beau,

    C’est le printemps pour les bimbos,

    Ondule entre les piétons

    Vers ses occupations.

     

    Elle sourit aux enfants et aux

    Passants et aux oiseaux aussi,

    Tous les hommes sont ses amis

    Tout le monde est gentil.

     

    Elle va vers son travail où elle

    Est bien vue par son patron qu’elle

    A déjà mis dans son lit,

    Mais c’est juste un ami.

     

    3

    Car si elle n’est pas avare de

    Ses charmes, c’est pas par hasard quand

    Elle choisit un amant, c’est

    Qu’il a du répondant.

     

    Et elle ne se contente pas

    De ces boîtes à tickets repas,

    Il lui faut des « madame est servie »,

    Pas des boui-bouis.

    Et pour monter d’un étage

    Entre la poire et le fromage,

    Il faut que Monsieur finance

    Une chambre de classe.

     

    4

    A ces conditions seulement,

    Ou avec d’autres arrangements,

    Elle n’est pas farouche mais on n’a

    Rien sans attentions.

     

    Alors puisque les hommes sont

    A ses pieds de toute façon,

    Autant donner ses faveurs

    Au meilleur débiteur.

     

    Ne la traitez pas de ce mot

    Qui ne lui va pas, loin s’en faut,

    Car elle n’arpente pas le trottoir

    Ca, c’est notoire.

     

    5

    Son but est plus élaboré,

    Et dans ses rêveries dorées,

    Elle se voit l’épouse légitime

    D’un homme richissime.

     

    Elle sera alors respectée,

    Et sur un pied d’égalité

    Avec les femmes les plus « people »

    De la métropole.

     

    En attendant, elle papillonne,

    Au plus offrant elle se donne,

    Elle monte en grade, et elle grandit

    Dans son industrie.

     

    6

    Elle se maquille devant la glace,

    Pour le rouge à lèvres, elle embrasse

    Une carrière imaginaire,

    Ca, elle sait le faire.

    Elle choisit sûre d’elle

    Des hommes qui la trouvent belle,

    Au marigot du bureau,

    C’est un poisson dans l’eau.

     

    Mais il faudrait qu’elle se dépêche

    Car bientôt son beau teint de pêche

    Tournera au blet, au pourri,

    Et ce sera fini.

     

     

     


    4 commentaires
  • Il y a.

    Comme souvent, ça n’était qu’une ritournelle qui me passait par la tête. J’ai trouvé qu’elle ferait bien au steel drum, et qu’ainsi elle évoquait les îles, le voyage. Alors j’ai parlé de ça, de comment l’occidental voyage, et ce qu’il voit : des peuples qui chantent et dansent, qui sont plus accueillants que le sien, des nomades et des sédentaires, et aussi des injustices qui font mal.

    Pour créer l’idée du voyage, j’ai utilisé les instruments idoines : steel drum, ukulélé, percussions diverses guitare folk, guitare espagnole, guitare électrique (façon « afrobeat ») basse, batterie (façon « rio »).

    "Il y a", paroles et musique Bernard Leroux mars 2017.

    1

    Il y a des pays ou même

    L’herbe ne repousse pas,

    Mais leurs habitants quand même

    Vous accueillent sans blabla,

     

    Y’ a des pays ou le grain

    Pousse même quand il ne pleut pas,

    Dans ces pays il y a moins

    De gens pour vous tendre les bras,

     

    Il y a des gens prospères

    Qui n’aiment pas ceux de là bas,

    Et des pays sans frontières

    Où tu vis sans embarras.

     

    2

    Il y a des peuples qui dansent,

    Et d’autres ne dansent pas,

    Il y a des peuples qui chantent

    Et d’autres qui marchent au pas,

     

    Il y a des peuples qui aiment

    Défiler sur ces airs là,

    Y’a des peuples qui t’entraînent

    Et d’autres où ça ne se fait pas.

     

    Il y a des peuples qui chantent

    Sous les Ginkgo-Bilobas

    Et d’autres qui se lamentent

    En psalmodiant des mantras.

     

    3

    Il y a des gens qui s’promènent

    A travers toute la planète,

    Des touristes qui ne voient même

    Pas ou ils posent leurs baskets,

     

    Il y a des gens qui voyagent

    Et qui font des kilomètres,

    Toujours le même aiguillage

    De chez eux à leur supérette.

     

    Il y a des gens nomades ;

    Et depuis la nuit des temps

    Des rêveurs qui se baladent

    Dans leur tête exclusivement.

     

    4

    Il y a des enfants qui naissent

    Entre maman et papa,

    D’autres qui passent leur jeunesse

    Entre les camps et les soldats,

     

    Y’ a des enfants assidus

    A l’école et aux internats,

    Et d’autres qui ont la rue

    Et les dealers comme seuls papas,

     

    Il y a des gens qui naissent

    Cuiller d’argent dans les doigts,

    Et d’autres qui disparaissent

    Qui n’ont même pas de toit.

     

    Il y a des peuples qui dansent…

     

    Il y a des gens nomades…


    3 commentaires
  • Slows.Quelqu’un, lors d’une critique constructive, m’a dit que dans le titre « l’Amour ou rien » (ci-contre), les paroles étaient peu en accord avec la musique, et que le tout était plutôt triste. J’ai donc remis l’ouvrage sur le métier, j’ai écrit d’autres paroles plus « légères » et modifié l’arrangement, surtout les guitares.

    Les hommages et références aux slows les plus célèbres sont nombreux, soit par citation, soit dans les interventions d’une guitare dont le son est inspiré de celle de Carlos Santana (illustration). J’ai aussi modifié les percussions avec des congas, bongos et shakers, toujours en référence à ce vieux Carlos. En v’la du slow ? En v’la…

     

    "Slows", paroles et musiques B.Leroux mars 2017.

    1

    Quand nous étions adolescents,

    Nos nous réunissions souvent,

    Les slows étaient très appréciés

    Pour qui ne savait pas danser.

     

    Cette première rencontre physique

    Avec les filles était magique,

    Les sensations étaient nouvelles

    Les émotions exceptionnelles.

     

    Il y en avait de tous les genres,

    Des très sucrés, d’autres étranges

    Des Moody-Blues à Presley,

    De Gainsbourg à Léo Ferré.

     

    2

    Peu importe le savoir faire,

    « Eté indien », « Love me tender »,

    Nous étions sûrement maladroits

    Sur « Europa » de Santana.

     

    Sous la lumière de « Let it be »,

    Ou sur « Adieu jolie Candy »,

    Les corps timides s’approchaient

    En s’interrogeant sur « My Way ».

     

    C’était une aventure nouvelle

    D’approcher ces êtres étranges,

    D’entendre : « J’ai encore rêvé d’elle »

    En tenant dans ses bras un ange.

     

    3

    Sur les Scorpions, « Still loving you »,

    Nous avons rencontré l’amour,

    Et sur les Platters, « Only You »,

    Ca n’a plus été « moi », mais « nous ».

     

    Et j’ai fredonné «C’est extra »,

    Quand elle est partie à mon bras,

    Et à l’ « Hôtel California »,

    Nous avons dormi ce soir là.

     

    Pour une “Night in white satin”,

    Comme “Tous les garçons et les filles”,

    Pas besoin de Lennon, “Imagine”

    Pour que notre nuit soit gentille.

     

    4

     

    Instrumental (extrait de: "Europa" de C.Santana)

     

    Après les « Je t’aime, moi non plus »,

    Nos garçons et filles sont venus,

    Ils dansent sur « Woman in love »

    Ou bien sur une autre guimauve.

     

    Mais qu’ils aient « Le cœur grenadine »

    Ou qu’ils l’aient « Couleur menthe à l’eau »,

    La première approche, timide,

    Se fait sur le même tempo.


    5 commentaires
  • Influencé par l’actualité électorale, j’ai écrit ce texte un peu cinglé, comme le mélange de discours discordants que nous entendons actuellement, qu’ils soient teintés de brun ou ravagés par les « affaires ». La musique ne l’est pas moins, c’est un mélange de hip-hop et de rock, où j’ai fait la part belle aux sons échantillonnés, traficotés, transformés et dénaturés. Il y a de la guitare folk en boucles, des guitares échantillonnées, du vocodeur avec ma voix, des batteries, des basses synthétiques et réelles, un orgue Hammond, un synthé « strings », des guitares saturées et des voix « samplées »

    "C'est pas une raison", Bernard Leroux, février 2017.

    1

    C’est bien toi,

    Le rabat-joie,

    P’tit bourgeois

    Dupont Lajoie,

     

    Peste brune

    Dans ta tribune,

    T’es l’infortune

    De ta commune,

     

    Y’en as marre

    De ce cauchemar,

    Tout l’monde se barre

    De ton bar.

     

    ref

    Quand t’auras fini

    De dire des bêtises,

    Quand t’auras fini

    De dire n’importe quoi,

    Quand t’auras fini

    De faire des vocalises,

    Quand t’auras fini

    Après, tu feras quoi ?

     

    2

    A Paris,

    C’est le paradis

    D’la maladie

    De c’qu’y s’dit,

     

    Les y’a qu’a

    Indélicats,

    Avocats

    D'la svastika,

     

    Au comptoir

    Les malabars

    S’font une gloire

    De leurs déboires

    ref

     

    3

    Le p’tit Napoléon

    A défaut d’Panthéon

    Fait des picaillons

    Bygmalion.

     

    Le provincial

    Déloyal,

    Salaire nuptial

    Et familial,

     

    Evacuez

    La walkyrie

    Qui aggrave

    Le ravage.

     

    C’est pas une raison

    Pour dire des ordures,

    C’est pas une raison

    Pour jouer les gros durs,

    C’est pas une raison

    Pour qu’on s’casse la figure,

    C’est pas une raison

    Pour voter comme un con.

     


    5 commentaires
  • Celui qui est seul est-il libre,

    ou celui qui est libre est-il seul ?

    Voilà une interrogation qui peut nous venir…dans les moments de solitude. Et a fortiori pour les individus seuls « par nature » : super-héros, pape…et chacun de nous, finalement.

    Banjo-basse-piano « honky tonk », caisse claire balais, guitare « bottlneck », harmonica, chœurs pour la partie « country », clavecin, contrebasse, violons et flûtes à bec pour la partie « vivaldienne », ce thème universel s’accorde aussi bien avec un style qu’avec un autre…

    Seul ou libre, paroles et musique: Bernard Leroux.

    1

    Tout seul dans les prairies immenses

    De l’ouest des Etats-Unis,

    Le Cow-boy, en chevauchant, pense

    Espérant tuer son ennui,

     

    Et regardant au loin la mer

    Qui le sépare de chez lui,

    Robinson Crusoé, amer,

    Pêche à la ligne en chantant ainsi :

     

    Suis-je libre, ou suis-je seul ?

    Et suis-je seul parce que je suis libre ?

    Ou suis-je libre parce que je suis seul ? 

     

    2

    Et Batman, ce super héros,

    Entre deux arrestations d’malfrats,

    Quand il repasse son collant fluo

    S’interroge devant la caméra,

     

    Et le gardien d’phare de Brassens,

    Tout en pensant à une copine,

    Se tape le front et dit : « mince ! »

    V’là la question qui m’ turlupine :

     

    Suis-je libre, ou suis-je seul ?

    (chœurs)

    Et est-il seul parce qu’il est libre ?

    Ou est-il libre parce qu’il est seul ? 

     

    3

    Le cosmonaute dans l’espace

    En regardant de haut La Terre

    Et l’humanité, face à face,

    S’interroge sur ce mystère,

     

    Et le curé, seul dans l’église,

    Interrogeant le saint sacrement,

    Se demande s’il faut qu’il lui dise

    La question qui est son tourment :

     

    Ref

     

    4

    Celui qui a des flatulences

    Juste quand la musique s’arrête

    Se demande au milieu du silence

    Pourquoi on se sent seul quand on pète.

     

    Le président, le pape et même Dieu

    Se posent tous la question absconse,

    Ils trouvent cela vraiment ennuyeux

    De ne jamais trouver la réponse :

     

    Ref.

    Instrumental

    Ref.

     

    Suis-je libre parce que je suis seul ?

    Ou suis-je seul parce que je suis libre ?

     


    11 commentaires
  • Quel que soit le temps.Quel que soit le temps, celui qu’il fait et celui qui va, nous devons vivre. C’est ce qu’un père pourrait dire à son enfant : trouve ta voie, le temps avance de toutes façons et nous n’y pouvons rien.
    La musique est un mélange bossa-pop-folk, avec des guitares folk, un piano, une basse électrique, une guitare jazz, un harmonica, des cordes synthétiques, un ensemble batterie-percussions (conga, bongos, shaker) et des chœurs.

     

     

    Quel que soit le temps, paroles et musique Bernard Leroux, Janvier 2017

    Quel que soit le temps,

    Quel que soit ce que nous vivons,

    Quel que soit le temps,

    Le temps continue sa route sans nom.

     

    1

    Trouve la traverse,

    Trouve la route où tu vas traverser,

    Trouve- la, ou reste,

    Passe au travers des traces et des sentiers,

     

    Cherche-la partout

    Cherche par où part la route tu vas,

    Cherche-la surtout

    Par où tu as choisi va devant toi.

     

    Quel que soit le temps,

    Quel que soit ce que nous vivons,

    Quel que soit le temps,

    Le temps continue sa route sans nom.

     

    2

    Reste là quelque part,

    Pour participer à la partition,

    Reste là ou pars,

    Cherche quelque part une autre saison.

     

    Va au bout du monde,

    Va vers là où l’horizon fait la ronde,

    Va au bout du monde,

    Va chercher l’or ou l’amour d’une blonde.

     

    Quel que soit le temps,

    Quelque soit ce qui nous attend,

    Quel que soit le temps,

    Le ciel change et le temps va, simplement.

     

    3

    Viens chercher fortune,

    Viens creuser pour le trésor d’une brune,

    Viens pêcher la lune,

    Viens tenter la chance, flamber le futur.

     

    Va trouver ta vie,

    Va travailler pour railler ton ennui,

    Va chercher ta vie,

    Va vaillamment batailler jour et nuit.

     

    Quel que soit le temps,

    Quelque soit la course des vents,

    Quel que soit le temps,

    Nous dérivons dans le temps mouvant.

     

    Instrumental

     

    Quel que soit le temps,

    Quelque soit ce qui nous attend,

    Quel que soit le temps,

    Nous vivons le vent des évènements

     

    Quel que soit le temps, (ad lib.)


    1 commentaire
  • J'ai signé la pétition:

    https://www.change.org/p/madame-fillon-rendez-nous-les-1000-000-euros-penelopegate

    Et vous?
    Dès que j'ai les 1000 000 d'euros, j'achète un château à Solesme!happy

    Je profite de l'occasion pour rééditer un titre de circonstance...

    La danse des voleurs, paroles et musique: Bernard Leroux.


    4 commentaires
  • Illustration : Vermeer, « Femme à la balance ».

     

     

     

     

     

    En v’là du slow, en v’la…

    Orchestré façon sixties, voix réverbérée, piano-basse-batterie, guitare jazz et orgue Hammond, (et quelques violons), il raconte les rêveries d’une jeune femme qu’on peut imaginer seule devant son journal, par exemple, et dont les idéaux n’ont pas encore été éprouvés par la vie. L’amour, ou rien ? La vie réelle est tellement plus complexe…

     "L'amour ou rien", paroles et musique Bernard Leroux, Janvier 2017.

    1

    Puisqu’il faut aller bien quand même,

    Qu’on soit solitaire ou qu’on aime,

    Il faut garder le cœur au chaud,

    Et la tête au froid, s’il le faut.

     

    Puisque le printemps nous revient

    Toujours, quel que soit le destin,

    Il faut se tenir prêt : demain,

    Pour elle, ce sera l’amour ou rien.

     

    Si tu veux juste un équilibre

    Avec une femme, sois lucide,

    Qui que tu sois, passe ton chemin,

    Elle ne veut que l’amour ou rien.

     

    2

    Elle voudrait que son cœur s’arrête,

    Non pas devant une amourette,

    Mais dans un éclair foudroyant,

    Ou un incendie flamboyant,

     

    Que le brasier dure longtemps

    Et qu’ils s’aiment fort, et pourtant

    Le couple n’est pas un roman,

    La vie seule a de bons moments,

     

    Et s’il faut perdre la liberté

    Peu ou prou, autant mériter

    La grande ferveur qui s'enflamme

    Ou qui tranche comme une lame.

     

    3

    Elle n’est pas contre pour autant

    La douceur et les mots charmants,

    A condition qu’ils ne soient pas

    Dits pour cacher un amour las,

     

    Si c’est pour finir en ménage

    Ou pour parler de mariage,

    Et plus de baisers dans le cou,

    Franchement, ça ne vaut pas le coup.

     

    Les coups de foudre que Vulcain, forge

    Frapperont peut-être demain,

    Et comme disait ce bon vieux Georges

    Elle ne demandera pas sa main.

     

    Instrumental.

     

    4

    Mais si elle n’est pas très éprise

    Elle n’en sera pas trop surprise,

    Puisque sa solitude est belle

    Autant se marier avec elle.

     

    Puisque le printemps nous revient

    Toujours, quel que soit le destin,

    Il faut se tenir prêt, demain,

    Pour elle, ce sera l’amour ou rien.


    7 commentaires