• La belle.

    Vous l’avez peut-être rencontrée : « La Belle » est un classique. Elle sévit partout où il y a des messieurs fortunés.
    Il fallait un écrin pour une telle beauté : arrangement d’inspiration « classique », donc, avec des instruments échantillonnés uniquement : piano, clavecin, violons, alto, contrebasse, et flûte traversière.

    « En avant la musique et par ici les gros sous », comme disait Boris Vian…

     

    "La belle", paroles et musique: Bernard leroux, avril 2017.

    1

    Elle se maquille devant la glace,

    Pour le rouge à lèvres, elle embrasse

    Une caméra imaginaire,

    Ca, elle sait le faire.

    Elle choisit, sûre d’elle,

    Des affaires pour être belle,

    Dans sa penderie, tout est beau

    C’est un poisson dans l’eau.

     

    Les chaussures aiguilles à talons,

    Le petit sac de chez Vuitton,

    Les bijoux à sensations

    Pour séduire tout est bon.

     

    2

    Elle sort dans la rue, il fait beau,

    C’est le printemps pour les bimbos,

    Ondule entre les piétons

    Vers ses occupations.

     

    Elle sourit aux enfants et aux

    Passants et aux oiseaux aussi,

    Tous les hommes sont ses amis

    Tout le monde est gentil.

     

    Elle va vers son travail où elle

    Est bien vue par son patron qu’elle

    A déjà mis dans son lit,

    Mais c’est juste un ami.

     

    3

    Car si elle n’est pas avare de

    Ses charmes, c’est pas par hasard quand

    Elle choisit un amant, c’est

    Qu’il a du répondant.

     

    Et elle ne se contente pas

    De ces boîtes à tickets repas,

    Il lui faut des « madame est servie »,

    Pas des boui-bouis.

    Et pour monter d’un étage

    Entre la poire et le fromage,

    Il faut que Monsieur finance

    Une chambre de classe.

     

    4

    A ces conditions seulement,

    Ou avec d’autres arrangements,

    Elle n’est pas farouche mais on n’a

    Rien sans attentions.

     

    Alors puisque les hommes sont

    A ses pieds de toute façon,

    Autant donner ses faveurs

    Au meilleur débiteur.

     

    Ne la traitez pas de ce mot

    Qui ne lui va pas, loin s’en faut,

    Car elle n’arpente pas le trottoir

    Ca, c’est notoire.

     

    5

    Son but est plus élaboré,

    Et dans ses rêveries dorées,

    Elle se voit l’épouse légitime

    D’un homme richissime.

     

    Elle sera alors respectée,

    Et sur un pied d’égalité

    Avec les femmes les plus « people »

    De la métropole.

     

    En attendant, elle papillonne,

    Au plus offrant elle se donne,

    Elle monte en grade, et elle grandit

    Dans son industrie.

     

    6

    Elle se maquille devant la glace,

    Pour le rouge à lèvres, elle embrasse

    Une carrière imaginaire,

    Ca, elle sait le faire.

    Elle choisit sûre d’elle

    Des hommes qui la trouvent belle,

    Au marigot du bureau,

    C’est un poisson dans l’eau.

     

    Mais il faudrait qu’elle se dépêche

    Car bientôt son beau teint de pêche

    Tournera au blet, au pourri,

    Et ce sera fini.

     

     

     

    « Il y a.(à suivre) »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 9 Avril à 13:42

    Bien écrit et décrit Bernard, ... néanmoins, on ne peut pas reprocher à une fleur d'être belle et d'attirer les insectes butineurs ...! Un style musical qui me rappelle une certaine Marie-Paule ... Belle ...

      • Dimanche 9 Avril à 14:17

        Certaines fleurs sont carnivores...
        "Je ne suis pas parisienne, ça me gène, ça me gène..." etc.

      • Dimanche 9 Avril à 17:53

        Certes, mais ... quelle belle faim ...!

    2
    Dimanche 9 Avril à 22:05
    1
    alain
    Jeudi 6 Avril à 14:25   Supprimer le commentaire

    Eh bien, voici du nouveau dans tes orchestration : classique néo-classique, on se croirait dans un petit versailles... Quel boulot, Bravo !

    Evidemment chapeau pour l'écriture, et l'éxécution musicale primesautière : tu nous propose une chanson légère quoi, comme la jambe alerte de ton héroïne.

    C'est comme ça, son charme part de sa beauté, et elle laisse dire les jaloux, chacun voudrait (peut-être) être choisi...

    Ou bien non, après tout, car... l'amour... prend des formes bien surprenantes... parfois même dérangeantes.

    Ta chanson est un petit clin d’œil sur ce qui nous guide vers l'autre : il y a les motifs romantiques, les raisons avouables, et les autres, qui donnent toutes leurs saveurs au bonheur d'exister et de partager nos vies.

    Bzzzzz

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :