• C'est pas une raison.

    Influencé par l’actualité électorale, j’ai écrit ce texte un peu cinglé, comme le mélange de discours discordants que nous entendons actuellement, qu’ils soient teintés de brun ou ravagés par les « affaires ». La musique ne l’est pas moins, c’est un mélange de hip-hop et de rock, où j’ai fait la part belle aux sons échantillonnés, traficotés, transformés et dénaturés. Il y a de la guitare folk en boucles, des guitares échantillonnées, du vocodeur avec ma voix, des batteries, des basses synthétiques et réelles, un orgue Hammond, un synthé « strings », des guitares saturées et des voix « samplées »

    "C'est pas une raison", Bernard Leroux, février 2017.

    1

    C’est bien toi,

    Le rabat-joie,

    P’tit bourgeois

    Dupont Lajoie,

     

    Peste brune

    Dans ta tribune,

    T’es l’infortune

    De ta commune,

     

    Y’en as marre

    De ce cauchemar,

    Tout l’monde se barre

    De ton bar.

     

    ref

    Quand t’auras fini

    De dire des bêtises,

    Quand t’auras fini

    De dire n’importe quoi,

    Quand t’auras fini

    De faire des vocalises,

    Quand t’auras fini

    Après, tu feras quoi ?

     

    2

    A Paris,

    C’est le paradis

    D’la maladie

    De c’qu’y s’dit,

     

    Les y’a qu’a

    Indélicats,

    Avocats

    D'la svastika,

     

    Au comptoir

    Les malabars

    S’font une gloire

    De leurs déboires

    ref

     

    3

    Le p’tit Napoléon

    A défaut d’Panthéon

    Fait des picaillons

    Bygmalion.

     

    Le provincial

    Déloyal,

    Salaire nuptial

    Et familial,

     

    Evacuez

    La walkyrie

    Qui aggrave

    Le ravage.

     

    C’est pas une raison

    Pour dire des ordures,

    C’est pas une raison

    Pour jouer les gros durs,

    C’est pas une raison

    Pour qu’on s’casse la figure,

    C’est pas une raison

    Pour voter comme un con.

     

    « Seul ou libre.Slows. »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 5 Mars à 21:15

    C'est pas la raison qui préside dans cette campagne électorale avec, au menu, entre deux procédures judiciaires,  oeufs et farine  ... pour faire des crêpes, le lait pourrait bien manquer puisque les électeurs veulent renverser l'étable ... ils semblent vouloir également casser les partis et donner un grand coup de pied dans les urnes !

    Bien joué Bernard !

    2
    alain
    Lundi 6 Mars à 01:22

    bon, décidément,

    pas de chance : j'ai pas réussi à l'entendre, ni à la télécharger ni sous windows ni sous android...

    Que faire ?

    please help meeeeee !

     

     

     

     

    3
    Lundi 6 Mars à 20:56

    Bonsoir Bernard

    Je découvre et j'aime

    Beaucoup de technique et d'inspiration pour une très bonne chanson.

    Peut-être à bientôt

    Pierre-Michel

    4
    alain
    Mercredi 8 Mars à 00:01

    Sur une structure musicale bien structurée, voilà un titre qui se laisse traverser par l'actualité.

    Comme souvent, tu traites ici le sujet en clair obscur, avec un texte plus ou moins compréhensible,

    et un message subliminal en prime.

    Oui oui, un message en filigrane, que j'ai réussi à percevoir et que je révèle ici même !

    On trouve la clé de l'intrigue dans la phrase finale, qui joue sur la virgule, que d'ailleurs tu ne mets pas :

    "c'est pas une raison pour voter comme un con"

     

    Cette phrase peut être entendue comme :

    1) "c'est pas une raison, pour voter comme un con"

    2) "c'est pas une raison pour voter, comme un con"

    Dans le premier cas, j'interprète "c'est pas une raison pour voter pour n'importe qui, comme un con !" comme si un vote pouvait se faire sans prendre conscience du fait que voter "n'importe qui" n'est pas sans risque... Et l'histoire, y compris celle récente de Trump, montre que être en colère contre les candidats ou contre la démocratie, et voter comme un con pour le pire candidat (ou le laisser élire), ça peut avoir des conséquences très grave...

    Dans le deuxième cas, j'interprète "c'est pas une raison de voter, ils sont bien cons ceux qui votent !" qui fait écho à des propos dans l'air du temps, plus ou moins théorie du complot : le vote ne sert à rien, de toute façon, les vrais pouvoirs sont ailleurs, les politiques sont les valets des puissances d'argent, on vous fait croire que vous avez un pouvoir sur le cours du monde, mais vous êtes bien naïfs si vous y croyez encore... autant aller à la pêche le jour du vote.

     

    Si on regarde, l'une comme l'autre lecture aboutissent à la même conclusion : tous pareils, voter ne sert à rien...

    Qui donc à intérêt à ce que les électeurs votent pour le pire candidat (ou le laissent élire) ? Ou même qui donc à intérêt à ce que les électeurs pensent qu'il vaut autant aller à la pêche plutôt que d'aller voter ?

    Oui, oui ? Bravo, vous avez trouvé, je n'ai pas besoin de faire un dessin, et toi non plus mon ami,

    en tout cas tu nous a encore bien fait travailler sur ce coup là !

    Continue comme ça, j'adore !

    Bises

    5
    Mercredi 8 Mars à 10:42

    Bon, je dissous l'ambigüité, sans pour autant porter ombrage à ce brillant exposé: la phrase est bien à lire sans virgule! Si j'écris: "c'est pas une raison pour voter comme un con", ça signifie "voter connement n'est pas raisonnable"... A chacun d'interpréter ce qu'est voter connement, pour moi c'est dit dans la chanson, je ne vais quand même pas vous mâcher le travail d'interprétation!

    Ah, quelle source d'inspiration, cette campagne...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :