• * Solastalgie ou éco-anxiété : forme de détresse psychique ou existentielle causée par les changements environnementaux.
     

     

    Solastalgie *Est-il trop tard ? Les mauvaises nouvelles nous assaillent, nous clouent au présent. L’avenir est fait de dérèglements climatiques, de crack boursier, de fin du pétrole, de surpopulation. L’angoisse du manque de futur nous assaille. Est-il encore temps de vivre ?

    Pour évoquer cette solastalgie, j’ai ressorti ma pédale « wah-wah », souvenir d’un passé joyeux et coloré, celui des années 70…

    Guitare : Gibson Melody Maker, basse : Fender jaguar.

     

     "Solastalgie", paroles et musique: B.Leroux, nov 2019.

    (si ce lecteur ne fonctionne pas, cliquer ici: Télécharger « solastalgie.mp3 » )

    1

    Est-il trop tard quand les dés roulent sur la table,

    Est-il trop tard dans cet avenir improbable,

    Est-il trop tard pour se promener dans la ville,

    Est-il trop tard pour faire quelque chose d’utile,

    Il est trop tard pour poser des questions futiles.

    2

    Est-il trop tard pour penser, parler et agir,

    Est-il trop tard pour aimer avant de mourir,

    Est-il trop tard pour avoir des jardins secrets,

    Est-il trop tard pour éviter le coup d’arrêt,

    Il est bien trop tard pour exprimer des regrets.

     3

    Est-il trop tard pour faire quelque chose de nos mains,

    Est-il trop tard, sera-t-il encore temps demain,

    Pour écrire, chanter des chansons, est-il trop tard,

    Est-il trop tard pour le dire avec sa guitare,

     

    Pour continuer comme avant, il est trop tard.


    2 commentaires
  • Faux féminin.

     

    Un homme, à moins que ce soit une femme, entre dans un restaurant pour déjeuner, et non rajeunir. Mais rien n’est simple dans un monde où le faux devient faute, et la bouffe un bouffon…

     

     

     

     

     

     "Faux féminin", paroles et musique Bernard Leroux, novembre 2019.

    Si le lecteur ne fonctionne pas, cliquer sur ce lien: Télécharger « FAUX FEMININ.mp3 »

     J’étais entré chez un cafetier

    Qui travaillait près d’sa cafetière,

    L’cuisiner était au charbon

    Et l’charbon dans la cuisinière.

     

    Il cuisinait avec une poêle

    Et avait du poil plein la fraise,

    Dans l’angle, y’avait d’la crème anglaise

    Et dans l’panier du pain, à peine,

     

    Un bébé et une abbesse,

    Un clébard une célibataire,

    Un maître d’école et sa maîtresse,

    Un crétin et sa secrétaire,

     

    Assis, sans se gêner,

    Dans la salle de restaurant,

    Devisaient, attendant

    Le déjeuner.

     

    Quand le grelot alarma la greluche, femme du tôlier,

    Je commandai une pissaladière dans un saladier.

     

    2

    « Y’a plus tartes, on a cassé l’moule,

    Mais il nous reste d’assez belles moules,

    Et aussi une belle paire de praires

    Elles viennent pas du pré de ma grand-mère,

     

    Je les ai eues chez Monsieur l’maire

    Qui pêche avec une pécheresse,

    A eux deux ça fait une belle paire

    Quand ils sont deux sans la mairesse,

     

    J’ai aussi de beaux poissons,

    J’en ai les mains toutes poisseuses,

    Je les ai pris au marché,

    Chez l’mari de la masseuse.

     

    C’est coûteux, un couteau,

    Mais c’est c’qu’il faut,

    Coûte que coûte, pour ouvrir

    Les maquereaux,

     

    J’en ai un c’est mieux qu’un pétard pour une pétasse,

    Quand il y a un voyeur dans sa voiture qui l’agace.

     

    3

    Un conteur et une comtesse

    Demandèrent une livre de Conté,

    Un artilleur et une artiste

    Un pot au feu et une palette,

     

    Un infirme et une infirmière

    Un jarret à la sauce piquante,

    Un professeur, une prophétesse

    Une bonne chaire au xérès.

     

    « Douc’ment faut pas qu’on abuse,

    Je mélange tout dans la cambuse,

    La table d’hier et l’tablier,

    La salière et le sablier.

     

    - Donnez-moi un rouget

    Et aussi un quart de rouge,

    Un beau congre, un carrelet,

    Avec des courges,

     

    J’ai une faim de loup à manger un bar et ses maquereaux,

    Et le village, sa gendarmerie et ses perdreaux. »

    instrumental

     

    Un printemps, une praline,

    Un capitaine une capeline,

    Un taré, une tarière,

    Un routier une roturière

     

    Ne sont pas des masculins et des féminins corrects,

    Et le facteur fila sans payer la facturette.


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires