• La grande roue.

     

     

    Comment être positif devant une jeune fille qui a subi l’indicible ?

    Une chanson quand même optimiste, sur une musique de jazz « cool » avec synthés, basse-batterie et solo de guitare jazz.

     

     "La grande roue", paroles et musique B.Leroux, juin 2019.

     

     

    1

    T’inquiète pas, t’en fais pas,

    Le monde n’est pas comme ça,

    Même s’il y a des salauds qui traînent,

    Et même si ça revient au même

    Que s’ils étaient tous derrière toi,

    Surtout ne te retourne pas.

    Regarde le ciel changer,

    C’est pas le soleil d’été,

    Mais entre les nuages gris

    Il y a un peu de bleu aussi,

    Il y a encore des hirondelles,

    Plus pour longtemps, mais elles sont belles.

     

    2

    Y’a des frites, des barbe à papa,

    Sous la grande roue, des Chupas,

    De la guimauve tant qu’t’en voudras,

    Dans les juke-boxes, au cinéma,

    Je sais, il y en a peu, ici,

    Mais c’est comme ça, et c’est ta vie.

     

    Y’a des copines et des copains

    Qu’attendent que toi pour rigoler,

    A ton âge, on peut s’amuser

    D’une bêtise, de presque rien,

    Rentrer tard, crier dans la rue,

    Quand ta peur aura disparu.

     

    Instrumental.

     

    3

    Y’a des fées, des princes charmants,

    Dans les contes, mais pas seulement,

    Et même si les hommes ne sont pas

    Tous des anges, loin de là,

    Il y a aussi des pères Noël

    Qui veulent que la vie soit plus belle.

     

    N’aies pas peur, t’en fais pas,

    Le monde n’est pas comme ça,

    Même s’il y a quelques salauds qui traînent,

    Qui suent la bêtise et la haine,

    Y’a surtout des gens qui y croient,

    Regarde plutôt devant toi.


    1 commentaire
  •  

     

    Chez les grand-mères, le temps s’est arrêté et les souvenirs sont présents. On s’y retrouve parfois à un autre âge, et on mesure le temps passé.

    Piano, basse, guitare classique, violoncelle archet et sons échantillonnés : violoncelle, boule d’escalier et diapason.

     

     "Le mouflet", paroles et musique B.Leroux, juin 2019.

     

     

     

    1 

    Elle ouvre la porte et regarde,

    Elle est seule, elle a un peu peur,

    Elle se méfie, est sur ses gardes,

    A l’habitude des démarcheurs,

     

    Puis son visage se déride :

    « Ah c’est toi », dit-elle en riant

    Elle ouvre les bras, se décide

    A se retourner en entrant.

     

    2

    Chez elle, ça sent la naphtaline,

    Les roses fanées et le chat,

    Elle fait asseoir, elle fait des mines,

    Thé un peu sec, langues de chat,

     

    Elle dit : « alors, comment ils vont,

    Tes enfants », cherche leur prénom,

    Et comme elle ne les trouve pas

    Me montre des photos du doigt.

     

    3

    Des bébés joufflus y côtoient

    Un monsieur à belles moustaches,

    Une mariée avec un grand gars

    Un môme costumé en apache,

     

    Une maison qui me rappelle

    Des goûters avec mes cousins,

    Un prunier, une balancelle,

    Une cabane au fond du jardin.

     

    4

    Au fond, un gamin me regarde :

    C’est moi, à je ne sais quel âge,

    Je lui dis : « craint que par mégarde

    Ta vie ne passe comme un mirage,

     

    Et que tu te retrouves un jour

    Sans compagnie, et sans amour,

    Quand tu ne pourras plus citer

    Les prénoms de ta parenté ».

     

     Instrumental

     

    5

    Mais le temps passe cependant

    Même dans ce vieil appartement,

    Elle sommeille, semble fatiguée,

    Et il est temps de m’éclipser,

     

    Elle dit : « vient me revoir souvent »,

    Je lui promets, et mentalement,

    Je dis au revoir au mouflet

    Qui est resté dans le cliché.

     

     

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires